157 personnes périssent dans un crash aérien dont 9 Français

157 personnes périssent dans un crash aérien dont 9 Français

Un modèle similaire à celui qui s’est écrasé en Ethiopie. Illustration- © Anna Zvereva

Dimanche 10 mars, 157 personnes sont décédées dans le crash d’un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian Airlines. L’avion devait faire une liaison aérienne entre Addis-Abeba en Ethiopie et Nairobi au Kenya. 

Un crash après seulement 6 minutes de vol. En effet, l’avion, un Boeing 737, avait décollé à 8h38 heure locale – soit 6h38 heure française – de l’aéroport d’Addis Abeba en Ethiopie. 

Selon le PDG de la compagnie éthiopienne qui s’est exprimé au cours d’une conférence de presse très rapidement après l’annonce du crash a précise que le pilote de l’avion avait « très peu de temps après le décollage » prévenu qu’il avait des difficultés, l’aéroport lui avait alors autorisé à faire demi-tour, sans succès. 

Pas d’explication pour le moment

Au cours de son crash, l’avion a creusé un impressionnant cratère. L’impact a été tellement fort que les secours n’ont plus trouvé la forme de l’appareil mais seulement des bouts de carlingue. L’heure pour les autorités est à la recherche des victimes. 

L’administration aérienne chargé de la sécurité aérienne en Ethiopie feront la lumière sur les causes du crash, notamment lors de la recherche des fameuses boites noires. Ce qui est encore plus incompréhensible dans ce crash est aussi l’âge de l’avion. 

Il avait été livré à la compagnie aérienne durant l’année 2018. D’ores et déjà, l’autorité de sécurité aérienne américaine a proposé son aide. Même si la France ne s’est pas exprimé sur ce sujet, comme des Français sont concernés par le crash, le BEA – équivalent français – pourrait très bien être mobilisé pour aider les autorités locales. Par ailleurs, le parquet de Paris a ouvert une enquête sur le crash.

Des employés de l’ONU parmi les victimes

Les décomptes ont pu être faits depuis le crash. Ce ne sont pas moins de 35 nationalités différentes qui ont été dénombrées. 9 français figurent parmi les victimes, selon un communiqué du Quai d’Orsay.  

Les réactions se succèdent pour exprimer les condoléances aux familles des victimes. Le président Emmanuel Macron a déclaré sa tristesse sur Twitter : 

Parmi les victimes, on a aussi appris qu’au moins 11 personnes étaient en lien avec l’ONU. Selon une source de l’organisation internationale, ils devaient se rendre à Nairobi pour une conférence de l’ONU sur l’environnement.

Un autre crash en octobre 2018

Pour situer davantage le contexte du crash, le dernier accident grave de la compagnie avait eu lieu en 2010, faisant 90 morts au Liban. La compagnie est aujourd’hui la plus importante du continent africain avec plus de 100 appareils. 

Aussi, en octobre dernier, un appareil similaire avait causé la mort de 189 personnes en mer de Java, pour la communauté aéronautique la cause serait le manque d’information des compagnies sur des nouveaux systèmes d’aide au pilotage dans les avions du constructeur américain.