Manifestation des "gilets jaunes" : une mobilisation notable en Dordogne

Manifestation des "gilets jaunes" : une mobilisation notable en Dordogne

Comme dans toute la France, en Dordogne aussi les gilets jaunes se mobilisaient le 17 novembre. Un appel particulièrement suivi à Eymet, commune proche de Bergerac. Une mobilisation qui a même dépassé les espérances de l’organisateur « non officiel ».

« On a fait signé près de 1000 personnes depuis ce matin ». Pour les manifestants il n’y a aucun doute, c’est un succès. Ils ont commencé à s’installer dès 7h dans ce petit village, sur un rond point central, puisque situé en face d’un centre commercial. Selon les mots de l’organisateur, Didier Celia – employé commercial – il n’attendait que 50 personnes ce matin. Ils étaient plus de 100. Sur sa publication Facebook, Didier comptait environ une quarantaine de personnes intéressées. Pour lui, la surprise était de taille donc. A 15h, les manifestants avaient fait signé environ 800 automobilistes. La barre des 1000 était alors en vue.

90% des automobilistes les soutiennent.

Pourquoi il a lancé l’appel ? Il en a marre des taxes qui s’accumulent : carburants, habitation… Ce ras le bol semble être entendu par les usagers de la route. Ce barrage fait aussi écho au grand appel fait sur Facebook par une multitude de personnages de la société civile. Il appelait à des manifestations dans tout le pays ce 17 novembre. Selon lui, 90% des automobilistes acceptent de signer leur pétition. « Même si ils ne peuvent pas agir physiquement, ils veulent montrer leur mécontentement » nous avoue l’organisateur.

Dès le début, Didier misait sur un barrage filtrant. Il ne voulait pas d’une manifestation bloquant la route. Il estime que cela aurait desservi la cause. Les automobilistes auraient vu dans ce blocage une volonté de leur nuire à eux. Plutôt qu’à l’Etat.

Les usagers de la route ont bien compris les motivations du collectif en colère. Selon les manifestants c’est en faisant un barrage filtrant que c’est possible. En quittant l’organisateur, un poids lourd arrive et signale son soutien franc. Un long et puissant klaxon qui relance les opposants à la politique de l’Etat.

« C’est un mouvement différent »

L’explication de cet engouement suivie selon l’organisation : « ça touche tout le monde ». Pour lui c’est différent d’une grève qui concerne uniquement les cheminots ou une profession particulière. Là, toutes les franges de la société sont touchées : ouvrier, cadres et artisans…

Didier avoue quand même une certaine amertume. Il aurait bien aimé que d’autres médias se déplacent. Il les avait avertis du blocage.

En seconde ligne, 3 véhicules de gendarmerie sont présents…Les manifestants les ont eux-mêmes demandé pour éviter tout débordement. Ils veulent à tout prix éviter un drame comme celui qui s’est produit en Haute-Savoie. Un décès est à déplorer à Pont-de-Beauvoisin. Dans le cas de cette manifestation locale, aucun violence. L’ambiance est plutôt bon enfant.

eymet 2.jpg
Les manifestants ont suivi certains conseils pour ne pas être déloger, comme tourner autour du rond-point – © Benoit LEROY/2018

Néanmoins, les choses sont claires. Si rien ne change, ils n’hésiteront pas à recommencer.

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *