Quand Benalla et Crase ont pu discuter au tribunal…

Quand Benalla et Crase ont pu discuter au tribunal…

On ne finit plus de s’étonner dans l’affaire Benalla. Selon BFMTV et RTL, le 19 février dernier, les deux prévenus ont pu discuter pendant une heure au moins dans le box du tribunal. 

Un raté de plus ? C’est en tout cas ce que l’on est en droit de se demander… En effet, lundi 25 février, selon des informations de RTL, confirmées par BFMTV, Alexandre Benalla et Vincent Crase  ont pu pendant plus d’une heure discuter dans l’attente d’une décision des magistrats le 19 février dernier. 

En effet, classiquement, tous les prévenus sont amenés dans un box de détention dans les tribunaux français. Pendant ce temps, ils attendent la décision des juges qui doit tomber un peu plus tard. 

Problème de communication 

Pourquoi les deux hommes se sont retrouvés dans une même cellule pendant plus d’une heure ? Alors que les deux prévenus étaient convoqués par le tribunal pour une violation de leur contrôle judiciaire. Une infraction qui aurait été révélée par les enregistrements diffusés par Mediapart

Alors que les deux hommes ont déjà vu le juge des libertés, ils sont ramenés dans le dépôt du tribunal de grande instance de Paris. Le problème c’est que les deux protagonistes de l’affaire politico-médiatique sont placés dans la même cellule.

En effet, aucune instruction n’a été donné au service d’ordre du tribunal pour les placer dans deux salles différentes. Alors, Alexandre Benalla et Vincent Crase sont placés dans une salle normalement réservée aux avocats et leurs clients, afin qu’il puisse échanger. 

Mystère sur la conversation

Pendant une heure, aucun ordre n’est donné aux forces de l’ordre du tribunal. Ce n’est qu’une heure après que le tribunal se rend compte de son erreur que les deux prévenus, Benalla et Crase, sont menottés et séparés, comme la logique le voulait. 

Un mail qui contenait les instructions prévues initialement n’aurait pas été envoyée et le tribunal, qui n’a pas souhaité répondre à BFMTV et RTL a fini par se rendre compte de l’erreur en milieu d’après-midi, vers 15h.

Pour le moment, on ne connait pas la teneur des échanges entre Benalla et Crase – pas sûr que cela finisse par être le cas. Mais durant l’heure de l’erreur de la justice, on peut penser que les deux homme se sont entendus sur une version commune afin de ne pas commettre d’impair dans la suite de leurs aventures judiciaires.